capuches, capuchons

capuches, capuchons

Capuche, capuchon, capuchine !
Cette grosse veste est, ci-dessus, de couleur capucine, la plus en vogue en ces années-là, et la voici dans une autre couleur, tout aussi vive, joyeuse et florale :

Cette poupée Gégé marcheuse porte un pantalon à larges revers et à grands carreaux qui se coordonne bien à la veste.
Couleurs affirmées, qu’on qualifierait volontiers de hurlantes aujourd’hui mais qui reflétaient bien les Trente Glorieuses.

Les tenues Gégé sont innombrables, toujours « in », bien dans le vent de la mode féminine en général, et l’on admire aujourd’hui ce souci de la vraisemblance, de l’élégance, de la qualité des matières et de la confection.

La fourrure est recherchée, en bordure, ou en totalité, et bien sûr fausse, il n’est plus question en 1974 de sortir en peau de bête véritable.
On a pris conscience de la sauvegarde des animaux, Brigitte Bardot part en guerre contre le massacre des phoques en 1973, et depuis son engagement constant dans la défense animale, le manteau de fourrure véritable est proscrit.
Vive la moumoutte synthétique pour poupées et grandes dames !

      Nancy Luxe de Bella
      1974
      60cm

Combinaison-pantalon rouge à pattes d’éléphant et veste à damiers en acrylique, fermant par des brandebourgs.

2 réactions au sujet de « capuches, capuchons »

  1. c’est absolument revelateur d une epoque et les couleurs sont le reflet d’un certain bonheur , que la société arrivait encore a nous procurer , ce qui n est plus le cas
    la poupée comme élément d analyse sociologique

  2. En effet, la poupée n’est pas qu’un jouet, elle est le reflet de son époque. Autrefois, aux XVIIIème, XIXème siècle, la poupée fut aussi un moyen de faire connaître la mode, car les magazines étaient rares, les modistes et tailleurs habillaient des poupées qu’ils ou elles faisaient circuler pour montrer leurs créations à leurs clientes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *