Ribambelle

Ribambelle

Il était tentant de rassembler toutes les couleurs du petit manteau Gégé façon Courrèges !

Et de six ! Mes Caroline sont maintenant six dans ma collection, je ne sais pas s’il existe un autre ton encore pour ce manteau d’une coupe épatante.

Les belles forment un ruban multicolore qui amuse bien la collectionneuse!

Jupe-culotte

Jupe-culotte

1980, arrivée de la mode ample.

Après les années, autour de 1970, d’une mode sanglée, serrée à l’extrême, étranglée, qui nous forçait à nous allonger sur le lit pour remonter la fermeture éclair du pantalon, les vêtements ont soudain pris le large, jouant dans les fronces, les plis, les soufflets …

Ainsi naquit la jupe-culotte au début des années quatre-vingt.

Cette poupée Bella porte une large et longue jupe-culotte à haute ceinture, agrémentée d’un petit gilet et d’une chemise qui donne à l’ensemble un petit côté masculin.

On aimait en ce temps-là voler aux paysans l’ancienne et ample chemise blanche ou à carreaux, la mode se faisait champêtre, décontractée, tournée vers la nature.

Une mode largement diffusée par la revue Cent Idées.

Cette petite poupée Gégé s’appelait Rosine, née en 1979 ou 1980.

Elle porte un large pantalon de grand-père froncé à taille haute.

Le chemisier à empiècement rond, agrémenté d’un noeud de couleur contrastée, est très large aussi.

Retour à la mode fermière, la mode baba-cool.

Jupe plissée

Jupe plissée

Colorées, vives et joyeuses, ces tenues Gégé illustraient bien les années dites glorieuses autour de 1970.

La jupe plissée représentait ce qu’on appelle aujourd’hui un incontournable de notre garde-robe.
Les plus classiques étaient grises ou bleu-marine, souvent réservées aux jours de classe, et en vacances on portait fièrement des couleurs franches, vitaminées, dynamiques.

Plissé permanent, très bien fini, parfait modèle réduit du vêtement véritable. Gégé, comme toujours, ne négligeait pas la confection de ces petits habits destinés au jeu quotidien des enfants.

Cette petite poupée Gégé en tenue d’écolière reste en marge de ma collection, elle date des années cinquante, elle est donc trop âgée parmi mes filles des années soixante à quatre-vingt. Mais j’ai craqué pour elle à cause, précisément, de sa jupe plissée.

J’ai admiré la couture très soignée de cette jupe toute doublée, la doublure étant plissée aussi, la percale bleu-France tenant encore bien les plis au bout de soixante-cinq ans et plus.

Une belle petite écolière en uniforme !

Bella panthère

Bella panthère

Panthère rose, bonheur

Panthère bleue, douceur

mes beaux félins

des bulles d’émotion

Jolies Nina de Bella, aux yeux hypnotiques de tigresses séductrices.

La robe en fin crêpe de Chine entièrement doublée est ornée de fausse fourrure que l’on retrouve souvent chez les poupées Bella, comme par exemple sur cette Nancy de 1973 :

L’hiver semblant se réchauffer, la fourrure n’est plus du tout dans le goût du jour.

La mode serait aussi un fidèle reflet de l’évolution climatique de notre Terre, et les poupées nous le rappellent joliment.

Gilet jaune

Gilet jaune

En jaune de la tête aux pieds :

la combinaison pantalon à manches longues

le bonnet en fourrure

les souliers

et puis le gilet ! Petit gilet en fourrure comme le bonnet.

Cette poupée Gégé en total look existe en rouge, et en bleu … les voici :

Hélas la belle bleue a perdu son bonnet. Encore un accessoire que je cherche patiemment …

Les souliers suivent la couleur de la tenue plutôt audacieuse.

Une série tricolore pétillante !

Delphine et Solange

Delphine et Solange

Etrange coïncidence, j’ai photographié ces deux poupées cette semaine, jeudi ou vendredi, en pensant aux Demoiselles de Rochefort. Et hier samedi nous apprenions la mort de Michel Legrand.

J’aimais follement sa musique et sa poésie.

Les robes jumelles de ces poupées Raynal mesurant 57cm, en beau piqué de coton, l’une bleue, l’une rose, sont délicatement brodées, doublées, d’une confection et d’une coupe parfaites.

Encore une référence au cinéma … mes poupées sont des stars !

Je prénomme donc ces deux jolies Raynal Delphine et Solange, comme les deux soeurs jumelles nées sous le signe des Gémeaux. L’une est blonde comme Catherine Deneuve, l’autre n’est pas tout à fait rousse comme Françoise Dorléac.

Mais ces deux poupées créées vers 1965 sont contemporaines du film de Jacques Demy sorti en salles en 1967.

Bonnie

Bonnie

Cette poupée Gégé dans sa longue veste à carreaux cintrée me fait penser à Faye Dunaway dans Bonnie and Clyde. Le film est contemporain, réalisé par Arthur Penn en 1967.

Il faudrait lui trouver une casquette assortie pour parfaire son style Bonnie !

Cette veste parfaitement ajustée, aux magnifiques boutons dorés, à l’ample col à revers, assortie au très large pantalon, se souvient en effet de la mode des années Trente tout en s’adaptant au goût du jour, une quarantaine d’années plus tard, plus coloré, plus fou, plus insouciant.

Bonne année !

Bonne année !

Pour le réveillon, mademoiselle Gégé a revêtu sa tenue la plus précieuse :

une cape en velours noir bordée d’un délicat duvet de cygne

une robe en fine percale blanche toute brodée

un collant en dentelle

La poupée date probablement de l’année 1965, en ce temps-là les petites-filles s’habillaient chic comme leurs mamans pour les grands jours et n’avaient plus le droit de bouger !
Surtout ne pas froisser la robe, ne pas trouer le collant, ne pas tâcher la précieuse cape de velours d’un noir profond !

La cape et la robe sont doublées, comme toujours d’une confection admirable.
Le duvet rend le jouet fragile, réservé aux petites-filles soigneuses.
La coiffure de cette poupée a perdu de sa superbe avec le temps, la chevelure était frisottée, travaillée en petit chignon, agrémentée de beaux rubans, la tête aussi s’endimanchait !

Bonne année pleine de passion à toutes les amoureuses de poupées !

Rose

Rose

En rose shocking, en rose fuchsia, en rose Yves Saint Laurent … en rose Gégé !

En rose shopping, en rose total look, rose nouvelle vague …

En rose Marilyn :

Je ne sais pas de quelle année date le joli manteau GéGé Haute Couture de cette demoiselle GéGé blonde platine Marilyn.

Promenade souvenir

Promenade souvenir

Quand on évoque les poupées de notre enfance, le nom BELLA vient automatiquement.
La poupée Bella était la plus connue, presque universelle en France dans les années soixante et soixante-dix.
On emportait sa poupée Bella en vacances, en promenade, un peu partout, elle était là à tout moment.

Petite, grande, potelée, élancée, brune, rousse ou blonde, mais toujours bien habillée … quand on n’avait pas encore perdu ses vêtements d’origine !

La mode Bella était un peu plus classique que la mode GéGé, correspondait mieux au quotidien des petites filles qui se retrouvaient en elle.

Le gilet sans manche coordonné à la jupe ou au pantalon connut une longue vie.